Dans cette section

Productions scientifiques

Portelance, L. et Perez-Roux, T. (dir.) (2016). La formation à l’enseignement : soutien au processus de professionnalisation des enseignants ? [numéro thématique]. Éducation et formation, e-305.
Numéro thématique paru suite à un symposium de l’Association internationale de pédagogie universitaire et relatant des résultats de recherche susceptibles de répondre aux interrogations relatives à la contribution de la formation universitaire des futurs enseignants à la professionnalisation de l’enseignement.

Extrait de l’introduction du périodique décrivant les contributions des auteurs : « Le projet de publication de ce numéro thématique a vu le jour à la suite d’un symposium, tenu à Mons en 2014 lors du colloque de l’Association internationale de pédagogie universitaire, qui fut l’occasion de mettre au jour des résultats de recherche susceptibles de répondre aux interrogations relatives à la professionnalisation de l’enseignement.

Thérèse Perez-Roux interroge la manière dont les contenus de la formation universitaire sont perçus et investis par les étudiants dans la pratique en établissement scolaire français. Les étudiants du master et les enseignants débutants hiérarchisent leurs savoirs et doivent soumettre ceux qu’ils mobilisent à de nombreux ajustements.

Geneviève Therriault et Magalie Morel explorent le rapport aux savoirs d’étudiants québécois au regard de deux champs disciplinaires : science et technologie d’une part ; univers social d’autre part. L’analyse des données indique que le rapport aux savoirs est enrichi par la valeur accordée au sens critique dans les curriculums de formation.

Liliane Portelance et Philippe Chandonnet s’intéressent à l’appropriation cognitive des concepts et à leur intégration dans les pratiques d’enseignement en stage. Selon les données collectées de 2003 à 2012 en fin de formation initiale, l’approche par compétences favoriserait la compréhension des concepts, mais ne permettrait pas une véritable articulation des savoirs théoriques et expérientiels des futurs enseignants québécois.

Anne Clerc-Georgy se penche également sur l’appropriation conceptuelle. À la suite d’une recherche longitudinale menée en Suisse, elle dégage des parcours typiques des étudiantes quant à l’appropriation des savoirs théoriques et aux conceptions de l’enseignement et de l’apprentissage. La tension entre les conceptions spontanées et les conceptions scientifiques serait génératrice de développement professionnel.

Dans une analyse des propos de finissantes du baccalauréat en enseignement en adaptation scolaire, France Dufour et Hélène Meunier révèlent que ces futures enseignantes québécoises ont une perception positive de leur préparation à l’intégration professionnelle. Leur sentiment de compétence varie selon leurs expériences de stage et les caractéristiques des élèves en difficultés d’apprentissage.

Considérant que le corps de l’enseignant est son premier outil de travail, Geneviève Émond et Sylvie Fortin s’intéressent à l’expérience corporelle de stagiaires en enseignement au Québec. Leur étude exploratoire met en avant la nécessaire prise en compte de la perception du corps-vécu dans la professionnalisation de l’enseignement pour soutenir une démarche réflexive.

Visant également l’amélioration de la préparation de la relève enseignante en Belgique, Joachim De Stercke, Gaétan Temperman, Bruno De Lièvre et Antoine Derobertmasure ont vérifié le niveau et la nature de la satisfaction quant à la formation théorique et au soutien offerts en Haute École Pédagogique. La satisfaction au terme des études est généralement élevée alors qu’elle diminue pendant les premières années d’insertion professionnelle. » (p. 8)

Mots-clés : FormationCompétenceInsertion professionnelleStage/stagiaire Professionnalisation