Dans cette section

Profs optimistes

Profs optimistes

Ni tout noir ni tout blanc, le cheminement des enseignants en début de carrière peut se vivre de plus en plus harmonieusement grâce à une offre de soutien de mieux en mieux organisée au Québec. La grande diversité des besoins exprimés par les enseignants en insertion professionnelle a engendré la proposition d’un éventail de solutions en lien avec les particularités des milieux scolaires.

Plutôt que de parler de taux de décrochage, il serait intéressant de mettre l’accent sur le taux de rétention. L’un comme l’autre doit être analysé avec comme toile de fond les exigences de la profession et les difficultés engendrées par des tâches hétéroclites, à multiples facettes. Sous des apparences d’assurance, mais beaucoup de fragilité au fond du cœur, les enseignants qui font partie de la relève ont de constantes préoccupations. Faisant face à des conditions souvent déstabilisantes, ils veulent faire bonne impression, démontrer leur potentiel, s’intégrer à l’équipe-école tout en gérant leur classe, planifier des apprentissages des élèves, communiquer avec les parents, s’approprier les obligations administratives, et démontrer des aptitudes d’experts. Pas de distinction entre une tâche attribuée à un enseignant d’expérience ou à un enseignant débutant à l’instar de d’autres professions qui proposent une appropriation graduelle des différentes tâches. Nul doute que cette lourde réalité puisse devenir une source d’épuisement professionnel, d’où l’importance du soutien des pairs pour apprendre à canaliser positivement les énergies. Autant d’environnements, de réalités, de contraintes vécues par les débutants, autant de stratégies et de moyens pour guider leurs premiers pas dans la carrière. Cet accompagnement permet de conforter cette conviction d’avoir fait le bon choix de carrière et amène une valorisation tacite chez l’enseignant et par ricochet une valorisation de toute la profession.

La rétention du personnel scolaire est au cœur des préoccupations des intervenants auprès de la relève. Parfois, tout à fait naturellement, des collègues se proposent à titre de mentors connaissant les besoins de cette phase cruciale que sont les premières années dans la carrière. Il faut reconnaitre cet apport et aider à la promotion de ces initiatives. Les personnes qui s’engagent à l’accueil et à l’accompagnement de la relève ressentent cette reconnaissance de leur expertise, une autre forme de valorisation à ne pas négliger.

En lien avec l’article de Pascale Breton paru dans La Presse du 12 septembre dernier, l’équipe du Carrefour National de l’Insertion Professionnelle en Enseignement (CNIPE) désire mettre en lumière les efforts déployés pour accompagner les enseignants qui débutent leur carrière et les ressources qui existent pour soutenir les commissions scolaires dans l’élaboration d’un programme d’insertion professionnelle et la mise en œuvre de leurs dispositifs. Soutenu par une allocation du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS), le CNIPE qui existe depuis 2005, propose à l’échelle nationale une structure de soutien et d’accompagnement aux enseignants en début de carrière ainsi qu’aux intervenants dans le domaine de l’insertion professionnelle en enseignement au Québec. Le CNIPE offre un lieu de convergence, de coordination et partage son réseau de ressources. Le CNIPE rejoint des acteurs de tout le monde scolaire. Le nouveau personnel enseignant des secteurs préscolaire, primaire, secondaire et de l’adaptation scolaire, du secteur de la formation professionnelle et de la formation des adultes a un lieu pour trouver des réponses, partager leurs bonnes idées et trouver du réconfort. Le CNIPE œuvre sur cinq axes principaux : 1) Informer les acteurs du milieu scolaire par différentes ressources (site www.insertion.qc.ca , messageries, réseaux sociaux) 2) Aider à l’élaboration, la mise en œuvre ou à la révision des programmes d’insertion 3) Collaborer à l’élaboration de dispositifs et d’ateliers d’animation dans le milieu scolaire 4) Répertorier et diffuser ce qui s’écrit dans le domaine 5) Permettre un échange d’informations entre les acteurs du milieu de l’éducation.

Un programme d’insertion professionnelle est un service qui donne espoir et permet de maintenir un niveau élevé de persévérance chez les novices. Le soutien dans le développement professionnel demeure important pour toutes les professions, le monde de l’éducation accusait un certain retard. Des requêtes de divers milieux universitaires, syndicaux, scolaires et du CNIPE ont porté fruits. Par exemple, des mesures budgétaires sont accordées au-travers des conventions collectives pour assurer à tous les enseignants en début de carrière et partout sur le territoire, un soutien minimal.

Un impact tangible est observable auprès d’une bonne majorité des enseignants qui font leurs premiers pas en ayant recours aux dispositifs proposés. En prévention, les personnes ressources du CNIPE vont à la rencontre des finissants universitaires pour les informer, les inviter à utiliser les services qui leur seront proposés et à poursuivre leur cheminement professionnel avec ouverture. Bon nombre d’interventions et de réalisations du CNIPE ont permis de rassembler des cadres scolaires, des professeurs universitaires, des représentants syndicaux, des enseignants mentors, des conseillers pédagogiques, des décideurs politiques afin de faire le point et d’élaborer des plans d’actions efficaces et effectifs rapidement. À ce jour, le CNIPE a organisé des séminaires, deux colloques nationaux, des rencontres régionales, des formations sur le mentorat, sur la construction de programme d’insertion professionnelle, sur les sujets pertinents à l’appropriation de l’univers scolaire et de la tâche d’enseignement. En collaboration avec les commissions scolaires, l’expertise se construit par le partage. Un autre exemple : des ateliers sont maintenant offerts aux enseignants qui ont été formés à l’extérieur du Québec et ce, grâce à des actions collaboratives. On peut affirmer qu’un effet positif est palpable. Il est reconnu que lorsqu’un milieu se préoccupe de l’intégration et de l’insertion de sa relève, le taux de rétention est inévitablement augmenté. Les témoignages de la part des nouveaux enseignants attestent de leur satisfaction à propos du soutien proposé, des effets motivants de l’entraide entre pairs et du sentiment d’efficacité qui en découle.

Les personnes ressources du CNIPE adaptent leurs actions aux besoins exprimés. De plus en plus de milieux scolaires soutiennent l’entrée dans la profession. Tout n’est pas noir, il faut garder espoir et être fiers de nos enseignants qualifiés, courageux et persévérants !

Pour en savoir davantage, venez visiter notre site et participez sur nos réseaux sociaux.

www.insertion.qc.ca

 

Martine Boivin pour la permanence du CNIPE